Une start up toulousaine attaque le problème de l’eau potable sur la planète.

La valise de Sunwaterlife permet de purifier des centaines de litres d'eau en quelques minutes. La valise filtrante conçue par des Toulousains d’une start-up installée à l'incubateur Midi-Pyrénées pourrait bien réussir à solutionner les problèmes d'eau sur certains continents.

C'est en tous les cas le souhait de Christophe Campéri-Ginestet, le PDG de la jeune société. "Cinq valises sont déjà en fonction au Niger, au Cameroun et au Laos, elles peuvent produire 800 litres d'eau par jour et coûte 6000 euros pièce. Cela permet une autonomie pour 100 à 300 personnes", explique le dirigeant. "Souvent les gens ont de l'eau, mais elle est impropre à la consommation. En la filtrant avec notre procédé, elle peut désormais se boire".

Une membrane plastique filtre les impuretés

La valise pèse une quarantaine de kilos, elle est aisément transportable, et elle fonctionne à l’énergie solaire, c’est grâce à son système de membrane plastique percée de milliers de trous, que la valise élimine les impuretés de l'eau: bactéries, produits chimiques rien ne lui résiste !

"On peut très bien l'imaginer dans des petits villages d'Afrique, des centres de soins, des bases de vie ou des camps de réfugiés" déclare Christophe Campéri-Ginest.

 Bien décidé à convaincre des ONG de la viabilité de son invention la start up toulousaine a pris contact avec des pays d'Asie et d'Amérique latine, et le gouvernement indien envisagerait même de donner à Sunwaterlife la responsabilité de rendre potable l'eau du Gange.

La jeune société toulousaine qui espère vendre une cinquantaine d'exemplaires en 2015 a lancé une campagne de crowdfunding via la plateforme Wiseed. Elle espère collecter 350.000 euros d'ici à deux mois pour accélérer son développement commercial.