La couleur rouge symbole du communisme a été durant longtemps à l’honneur en URSS, mais aujourd’hui dans l’ancien bloc communiste lorsqu’une rivière devient rouge cela émerveille moins le peuple.

L’information est venue des réseaux sociaux les habitants de Norilsk ,une petite ville de Sibérie ont vu le Daldykan, la rivière locale, devenir rouge.

La rivière rouge sang n’est pas due à une malédiction divine digne des plaies d’Égypte, mais le résultat de la pollution industrielle.

Certains médias tel The Guardian rapportent qu’une telle pollution est récurrente dans la région.

 Un responsable est pointé du doigt, l’usine de traitement de nickel situé à proximité et propriété du géant Norilsk Nickel. Les experts interrogés suggèrent qu’une fuite dans un des pipelines de transport de matière première pourrait être à l’origine de la pollution.

L’accusation est toutefois formellement réfutée par l’entreprise, qui a annoncé, tout de même, une réduction de la production de l’usine en question et une surveillance accrue du phénomène.

 Le ministère russe des Ressources Naturelles a ouvert une enquête pour élucider le mystère.

Un cas de pollution qui intervient peu de temps après que la Banque mondiale ait dévoilé son dernier rapport sur la question de la pollution dans le monde qui estime à un sur dix le nombre de décès liés à la pollution sur la planète.

Pouvoir consommer une eau propre et saine n’est pas donné à tout le monde. Plus d’ 1,1 milliard de personnes n’ont pas accès à l’eau potable et plus 2 milliards d’humains vivent sans installations sanitaires de base.

Chaque année des millions de personnes meurent de maladies liées à la présence d’eaux stagnantes ou polluées, comme le choléra, la diarrhée ou la typhoïde.

Les scandales et les pollutions liés à l’eau sont malheureusement courants dans de nombreux pays, et les consommateurs méfiants utilisent au quotidien des carafes filtrantes, des filtres à eau pour avoir l’assurance de boire une eau de bonne qualité.