Rien de plus facile que de se servir un grand verre d’eau fraîche lorsqu’on a dans sa cuisine un réfrigérateur américain avec mini bar et filtre à eau, mais trouver de l’eau potable dans la nature c’est une toute autre histoire…

En camping, ou perdu dans la nature, il y a une solution rustique pour filtrer une eau sale afin de se désaltérer : couper une branche de l'arbre le plus proche, en décoller l'écorce, et faire passer l'eau sale à travers le bâton.

Avec ce filtre digne d’un chef scout, il est possible de piéger les bactéries et les boues pour obtenir une eau saine et propre.

Rohit Karnik, un professeur en génie mécanique du Massachusetts Institut of Technology (MIT) propose un filtre à eau à la conception rudimentaire, à faible coût, et d’une grande efficacité.

Facile à construire, il suffit d’ôter l'écorce d'une petite section d’une branche, puis de l'insérer et de le fixer dans un tube en plastique pour obtenir un système de filtration à faible technologie capable de délivrer jusqu'à quatre litres d'eau potable par jour - assez pour étancher la soif d'une personne. 

"Les membranes de filtration d'aujourd'hui ont des pores nanométriques qui ne sont pas quelque chose que vous pouvez fabriquer chez vous très facilement", déclare Karnik. "L'idée ici est que nous n'avons pas besoin de fabriquer une membrane, car c'est facilement disponible. Vous pouvez simplement prendre un morceau de bois et faire un filtre".

Utiliser les propriétés naturelles du bois.

Le bois est composé de xylème, un tissu poreux qui mène la sève des racines d'un arbre à sa cime grâce à un système de vaisseaux et de pores.  Les pores dans le bois bloquent la plupart des types de bactéries, un petit morceau de l’aubier peut filtrer plus de 99 % de la bactérie E. coli de l'eau.  

Les chercheurs ont étudié le potentiel de filtrage d'eau de l'aubier de branches de pin blanc dépouillé de leur écorce.  

Ils ont utilisé de l'eau mélangée à des particules d'encre rouge de 70 à 500 nanomètres de diamètre.  

Une fois tout le liquide passé au travers du bois, les chercheurs ont coupé l'aubier en deux sur la longueur, et ont pu constater que la majorité des colorants rouges avait été retenue dans les premières couches du bois, tandis que l'eau filtrée était claire.  

Démonstration faite : L'aubier filtre naturellement des particules supérieures à environ 70 nanomètres. Les bactéries mesurent pour la plupart 200 nanomètres, elles sont donc mises hors jeu.

On trouve aujourd'hui divers types de technologies de purification d'eau sur le marché, mais beaucoup ont des inconvénients. Les expériences réalisées par le groupe Karnik ouvre peut-être la voie à une nouvelle génération de filtres à eau utilisant un matériau naturel, abondant, et disponible à faible coût.