Pour lutter contre la crise de l’eau Khalili Engineers, un cabinet d’ingénieurs canadien a imaginé « The Pipe », un tube flottant qui filtrerait et déssaliniserait l’eau de mer en consommant deux fois moins d’énergie que les techniques habituellement utilisées.

Non, ce tube argenté de 430 mètres de longueur et 50 mètres de hauteur n’est pas un vaisseau spatial extraterrestre, mais... une usine de désalinisation de l’eau de mer.

The Pipe est une usine dont une grande partie de la surface est recouverte de panneaux solaires, ce qui lui donne l’énergie nécessaire pour pomper l’eau de mer et la filtrer par électromagnétisme.

Selon les membres du cabinet Khalili,  c’est « un champ électromagnétique isolé dans les tuyaux de circulation d’eau de mer qui permet de séparer le sel et les impuretés ». 

La méthode est écologique, moins coûteuse, et moins gourmande en énergie que celle habituellement employée dans ce type d’installation.

Le procédé serait deux fois moins énergivore que la technique d’osmose inverse et produirait 4,5 milliards de litres d’eau potable par an.

Les concepteurs, de The Pipe affirment que leur usine serait capable de fournir 10.000 mégawatts-heure d’électricité par an, de quoi assurer sa totale autonomie énergétique. 

« The Pipe » pourrait produire l’équivalent de 10 % de la consommation mensuelle d’eau de Los Angeles.

Imaginé dans le cadre du concours international, Land Art Generator Initiative, le projet pourrait être implanté en Californie, le cabinet canadien Khalili Engineers, affirme « Si tout va bien, nous devrions pouvoir construire une mini-usine pilote d’ici mi-2017 et débuter les tests d’abord chez nous à Vancouver »

L’eau salée constitue 97,4 % (1.340 millions de km3) des réserves totales d’eau de la planète alors que seuls 35 millions de km3 d’eau douce sont disponibles. La réalisation d’un projet tel que The Pipe est un moyen écologique et plutôt esthétique permettant de tirer parti de ce trésor.