L’homme utilise l’eau pour un grand nombre de ses activités, qu’elles soient industrielles, agricoles, artisanales ou domestiques, et toutes ces activités produisent des… eaux usées.

Mais que deviennent ces eaux usées ?

Dans la nature, les mers, les fleuves et les rivières ont une capacité naturelle d’épuration, mais c’est un processus lent et complexe qui peut malheureusement être défavorablement impacté par nos actions.

Les eaux usées sont de trois natures :  pluviales, domestiques, et industrielles.

Les eaux pluviales.

Les eaux de pluie peuvent être polluées quand elles se chargent de particules et d’impuretés diverses au contact de l’air. Les fumées industrielles, des traces de pesticides salissent l’atmosphère et nos pluies d’orage peuvent s’en retrouver imprégnées. De plus, en atteignant le sol, les eaux lavent les toitures, les chaussées et se chargent encore de vieux carburant, de poussières, d’huiles…

Les eaux domestiques.

Elles sont le résultat de nos actions quotidiennes, toilettes, ménages, cuisines… La pollution quotidienne générée par une personne utilisant 150 litres d’eau est évalué à

• 90 grammes de matières organiques ou minérales (en suspension dans l'eau sous forme de particules)

• 57 grammes de matières oxydables

• 15 grammes de matières azotées

• 4 grammes de phosphore (issus des détergents)

• 0,23 gramme de résidus de métaux lourds (cadmium, plomb, arsenic, mercure...)

• 0,05 gramme de composés (fluor, brome, chlore, iode...)

• 1 à 10 milliards de germes par 100 ml.

Les eaux usées industrielles.

Souvent les plus dangereuses ! leurs caractéristiques dépendent de l’activité de l’industrie concernée. Elles peuvent contenir des matières organiques, mais également de grandes quantités d’hydrocarbures, de solvants, de métaux lourds, de micropolluants organiques, voire même être radioactives. Pour la plupart, les industries font subir un prétraitement à ces eaux avant qu’elles ne soient rejetées dans les réseaux.

Les eaux pluviales et les eaux domestiques peuvent être collectées ensemble ou bien séparément. On parle alors de réseau unitaire ou séparatif. La France est sillonnée par 93 000 kilomètres de tuyaux d'évacuation des eaux pluviales.

Les eaux usées industrielles elles, ne sont mêlées aux eaux domestiques que lorsqu'elles ne présentent plus de danger pour les réseaux de collecte et ne perturbent pas le fonctionnement des usines de dépollution.

Presque la moitié de la population française ( 47 %) pense que les eaux usées sont retraitées pour être consommées comme eau potable.

Ce en quoi ils se trompent ! L’eau que nous sommes amenés a boire ne circule pas en circuit fermé !

Les eaux usées sont traitées dans des usines d’épurations avant d’être rejetées dans la nature ( plus de 54 % de l’eau que nous utilisons retourne dans les fleuves et les rivières).

Il est absolument indispensable qu’il en soit ainsi afin de sauvegarder les ressources en eaux dont dépendent la faune et la flore.