Les scientifiques découvrent de plus en plus de planètes extrasolaires. De plus en plus de mondes au - delà de notre monde, ainsi Proxima b.

Proxima b est une planète orbitant autour de Proxima du centaure.

L’étoile la plus proche de notre soleil, une naine rouge mille fois moins lumineuse que notre Soleil, d’une masse 12 % inferieure et ne se trouvant qu’a 4,2 années-lumière.

Autant dire la porte à coté…

La planète Proxima b détectée dans la zone d’habitabilité de Proxima du centaure

est étudiée de très près par les chercheurs du CNRS et de l’Université d’Aix/Marseille et pourrait être recouverte d’eau !

Proxima b a une masse proche de celle de la Terre (1,3 fois cette dernière) et tourne autour de son étoile à une distance de 0,05 unité astronomique (soit un dixième de la distance Soleil-Mercure). Les scientifiques ont effectué des simulations qui laissent à penser que la planète lointaine pourrait être un jour habitable. 

Un océan dans sur une autre planète

 Dans les deux scénarios privilégiés par les scientifiques deux cas de figure sont possibles :

Soit Proxima b a un rayon approchant les 5990 km, la planète serait alors très dense, dotés d’un gros noyau métallique, d’un manteau rocheux, et d’eau.

Soit Proxima b a un rayon n’excédant pas les 8920 km, elle serait alors composée à 50 % de roches entourées de 50 % d’eau. Toute cette eau formerait un immense océan, profond de 200 km, recouvrant toute la surface de la planète. 

Dans les deux hypothèses, la présence de l’eau est plus que probable. Un communiqué commun du CNRS et de l’Université d’Aix-Marseille précise :

"Dans ces deux cas extrêmes, une fine atmosphère gazeuse pourrait englober la planète, comme sur Terre, rendant Proxima b potentiellement habitable"

Une bonne nouvelle. Mais pour l’instant inutile d’espérer gouter l’eau de Proxima b, non pas qu’elle soit toxique ou polluée ou exigeant d’être passée au filtre à eau… Elle est juste inaccessible.

Les sondes spatiales voyager 1 et 2 sont les objets humains ayant atteint les plus grandes vitesses, elles parcourent l’espace vers des mondes inconnus à la vitesse incroyable de 17 kilomètres par seconde.

Et à cette vitesse, pour atteindre Proxima du centaure il faudrait 74 928.9 ans.