Antofagasta est une ville côtière du Chili coincée entre l’océan pacifique et le désert d’Atacama, cette cité côtière est installée dans une zone fortement influencée par le courant froid de Humboldt et par la camanchaga, une brume côtière qui augmente considérablement l’humidité de l’air (51 % d’humidité).

On pourrait penser qu’avec un tel taux d’humidité l’accès à l’eau ne poserait pas de problème, mais non.  

Le paradoxe c’est qu’à Antofagasta on vit dans une brume humide, mais il ne pleut quasiment jamais ! Avec ces 1 mm de précipitations par année, c’est l’une des régions de la planète où il pleut le moins !

 Alors, comment faire pour obtenir de l’eau quand elle refuse de tomber des nuages ?

 En capturant les nuages dans des filets !

Une idée a priori poétique et farfelue qui a pourtant été astucieusement mise en pratique par Carlos Espinosa, l’inventeur des «atrapanieblas», des pièges à brume.

Carlos a conçu ses premiers appareils en 1957, poussé par la nécessité de trouver à boire pour sa famille.

« En 1956, la ville d’Antofagasta s’agrandissait, et l’eau commençait à manquer. J’avais 32 ans et 7 enfants donc le problème de l’eau, c’était grave. Dans notre désespoir, plusieurs idées se sont combinées : en plus de mes souvenirs d’enfance, on voyait tous les jours la brume au sommet d’une montagne près d’Antofagasta. C’est comme ça que l’idée nous est venue. Quand il n’y a aucun problème, on n’invente rien, le désespoir aide beaucoup ! »

L’attrape-nuage.

Les attrapes-nuages de Carlos Espinosa sont des structures de bois et de laiton qu’il dispose au sommet de montagnes côtières, là où les nuages se frottent à la terre. Des structures auxquelles sont attachés des filets aux mailles très fines chargés d’emprisonner l’eau de la brume.

 Et ça fonctionne !

 Les attrape-nuages condensent l’eau des brouillards et récoltent jusqu’à 10 litres par jour et par mètre carré de toile.

source : palais de Tokyo.

Carlos a reçu le soutien de l’UNESCO, le Palais de Tokyo de Paris l’a invité à prendre part à une exposition en compagnie d’artistes et physiciens de toutes nationalités.

D’autres pays d’Amérique latine se sont intéressés à sa belle invention. Elle a l’avantage d’être écologique, simple à mettre en œuvre et le procédé permet aux populations pauvres d’obtenir de l’eau à faible coût.