Le Gifam (Groupement interprofessionnel des fabricants d’appareils d’équipement ménager) s’est demandé si l’électroménager connecté était susceptible d’être accepté par les consommateurs français, une étude sur la question a été réalisée. 

Un marché prometteur?

Après une période de crise en 2009, le marché du petit et gros électroménager est  doucement reparti à la hausse, et les curseurs se sont retrouvés au vert en 2014. Les ventes de réfrigérateurs ont augmenté de 3 %, et leurs valeurs seulement de 1,1 %, il faut bien reconnaître que la majorité des appareils sont plus économes en énergie et plus accessibles.

Les fabricants étrangers tels Samsung ou Whirpool se sont lancés dans la course des appareils électroménagers connectés. Yoon Boo-keun, le PDG du géant Samsung est convaincu que s’annonce dans les habitations un bouleversement comparable au passage du téléphone portable au smartphone. Samsung Electronic programme même de ne plus vendre que des appareils connectés d’ici 2020 !

En France, où plus de 30 millions d’objets connectés ont été vendus en 2013, il s’agit surtout d’un marché concernant les smartphones, les box internet et les tablettes tactiles. Claudine Beurdeley déleguée générale du Gifam déclare : « Dans l’électroménager, c’est un sujet dont on parle depuis des années, mais on en est qu’aux prémices, les appareils connectés ne sont pas entrés dans les foyers » 

Les consommateurs se disent pourtant prêts à ces innovations, à condition toutefois qu’elles soient porteuses de solutions permettant de faire des économies, de gagner du temps et de faciliter le quotidien.

Selon l’étude du Gifam, les consommateurs plébisciteraient des dispositifs permettant de détecter des pannes, des suivis-écrans permettant de tracer la consommation d’eau et d’électricité des appareils, ainsi que les dates de péremption des produits. Les gadgets permettant de mettre en marche à distance les appareils par exemple, semblent anecdotiques pour les consommateurs.

D’après le Gifam, seuls 44% des consommateurs interrogés démontrent un intérêt pour ces nouvelles technologies dans l’électroménager… Et le prix d’achat des appareils connectés pose encore largement problème. « Cela prendra du temps pour mettre en valeur ces innovations auprès des consommateurs », estime Camille Beurdeley.