Selon des géologues américains, en Californie le pompage intensif des eaux souterraines aurait un impact sur l’activité sismique de la région.

Les travaux publiés dans le magazine Nature ont été menés sur la zone de la vallée centrale de Californie, une région longeant la faille de San Andreas et donc particulièrement sensible sismiquement.

Selon les chercheurs, au cours des 30 dernières années la fréquence des tremblements de terre de faible magnitude a doublé dans cette région et le fait que l’eau des nappes phréatiques californiennes soit abondamment pompée afin d’irriguer les cultures serait en partie la cause du phénomène. L’assèchement progressif des nappes phréatiques occasionnerait des modifications de pression dans le sous-sol, tendant à entraîner des tremblements de terre. 

Les montagnes enneigées de la Sierra Nevada.

Des montagnes changent de taille avec les saisons ?

Pour tirer ces conclusions, les scientifiques ont minutieusement cartographié les variations d’altitude de la Sierra Nevada, une chaîne montagneuse longeant la vallée Centrale de Californie, et ont découvert que les montagnes, et toute la région s’élevaient tous les ans de 1 à 2 mm durant les années les plus sèches et s’abaissaient durant les années les plus humides.

Durant les années sèches, les nappes phréatiques sont soumises à un pompage intensif qui les vident alors que durant les années humides la région est sujette à des pluies torrentielles qui les réalimentent. Pour les scientifiques cela donnerait à penser que l’exploitation de ces eaux impacterait les mouvements de la croûte terrestre, déjà très instable, de cette région.

L’hypothèse est la suivante : le poids de l’eau exercerait une pression sur les zones inférieures de la croûte terrestre, quand le volume d’eau s’abaisse, la pression exercée sur les couches inférieures diminuerait également, avec pour conséquence la « remontée » de la croûte terrestre.

Lorsque la croûte terrestre à cet endroit est basse, il est possible que cela ait un effet de « serrage » sur la faille de San Andreas, réduisant alors la probabilité de la survenue des petits séismes. En revanche, lorsque la croûte terrestre se relève, alors cela pourrait avoir pour effet de soulager le serrage effectué sur la faille de San Andreas, augmentant alors la probabilité de survenue de petits tremblements de terre.

Et s’il ne s’agit encore que d’une hypothèse, un fait demeure, la gestion de l’eau sur la planète reste un problème aux multiples complications et aux conséquences surprenantes.