Un conseil, si vous partez en vacances en Chine mettez votre carafe filtrante dans vos bagages. Car le moins que l’on puisse dire de la qualité de l’eau en chine, est qu’elle laisse à désirer.

Les professionnels du tourisme et les ambassades recommandent de ne boire l’eau du robinet qu’après l’avoir fait bouillir, surtout dans les zones rurales.

Dans les villes, les risques sont moindres quoiqu’il reste plus prudent de ne consommer que des eaux en bouteille et si possible pas de marques locales.

On trouve de l’eau potable en Chine bien sûr, mais dans de nombreuses régions la vétusté des réseaux de canalisations fait qu’au robinet il faut mieux l’éviter.

Une étude récente de l’Académie des Sciences de Chine suggère que l’eau du robinet chinois fournirait un terrain favorable à de nouvelles générations de super-bactéries.

Au cours des dernières années, des chercheurs chinois ont découvert de grandes colonies de bactéries, et d’agents pathogènes dans le système d’alimentation en eau potable de la plupart des villes du pays. 

À certains endroits, ce sont des canalisations et des pipelines entiers qui ont même été obstrués par la biomasse des micro-organismes florissant contre les parois des tuyaux.

Pour résoudre le problème l’Académie des Sciences de Chine suggère que le niveau de chlore dans l’eau du robinet soit revu à la hausse, l’Organisation Mondiale de la Santé recommande une teneur d’au moins 0,5 mg de chlore par litre d’eau alors qu’en Chine on en utilise que 0,05 mg, c’est à dire le niveau le plus bas dans le monde entier.

De plus les industries du pays ont du mal à gérer leur pollution. L’air, le sol et l’eau sont les victimes de la croissance économique galopante du pays.

Les eaux rejetées par les usines pharmaceutiques en particulier, avec leur haute concentration en antibiotiques et résidus médicamenteux divers se transforment en bouillons de culture, formant des « zones de sélections darwinienne » de résistance aux antibiotiques, où les bactéries sensibles meurent, pour laisser la place aux plus fortes, qui se multiplient alors, et transmettent leur résistance à leur descendance.

En 2014 à Lanzhou on fait la queue pour se fournir en bouteilles d’eau suite à une contamination de l’eau du robinet. REUTERS/ Stringer

Les scientifiques jugent le problème des super-bactéries préoccupant et même si le gouvernement semble vouloir agir sur la pollution générée par les industries, la question de la teneur en chlore reste en question.

Les consommateurs chinois détestent la saveur chimique que le chlore donne à l’eau, elle gâche le gout de leur thé.

En voyage en Chine, ne négligez pas les risques d’infections potentielles. Selon les scientifiques elles pourraient survenir lors de l’utilisation de l’eau du robinet, mais également lorsque que vous vous brossez les dents, lavez des fruits ou prenez une douche.

Bonnes vacances !