Les malfaiteurs 2.0 sont arrivés et ils passent à l’attaque.

Les armes favorites des hackers, ce sont les « ransomwares », des logiciels malveillants qui s’installent dans les ordinateurs et les réseaux, prennent en otages les systèmes, et menacent de ne les libérer que contre rançon.

Dans notre monde ou des objets sans cesse plus intelligents interagissent en réseaux, ce ne sont plus uniquement nos ordinateurs qui sont menacés, mais les téléviseurs, les jouets, les téléphones portables, et les réfrigérateurs.

« Tous les autres objets connectés sont piratables, ça a été démontré, que ce soit la cafetière, le réfrigérateur, le thermostat, la serrure électronique, le système d’éclairage... », déclare à l’AFP Loïc Guézo, le stratégiste cybersécurité Europe du Sud de la société de cybersécurité japonaise Trend Micro.

 Les objets connectés sont des portes d’entrée tout à fait exploitables par des individus mal intentionnés, souvent mal protégés ils permettent l’installation de mouchards capables de siphonner des données.

Récemment Wikileaks révélait que les services de renseignement américains étaient capables d’infecter des smartphones, des ordinateurs et des télévisions intelligentes, pour prendre le contrôle de leurs micros et opérer des écoutes.

Loïc Guézo  nous rappelle qu’« il y a déjà eu des attaques massives sur des objets connectés. »

 Le logiciel malveillant Mirai par exemple, a réussi à infecter des centaines de milliers d’objets connectés mal sécurisés, non pas pour stopper leur fonction, mais pour les transformer en zombies et créer des relais pour de futures cyberattaques.

Pour le consommateur, il est aujourd’hui impossible de savoir s’il achète un objet connecté sécurisé ou pas. Il n’existe dans ce domaine aucun label de garantie.

Une situation d’autant plus préoccupante qu’à en croire la loi Hypponen, du nom de Mikko Hypponen, un spécialiste finlandais en cyber sécurité : « Plus un appareil est décrit comme étant intelligent, plus vous pouvez le considérer comme vulnérable ». 

Mais rassurez-vous, si théoriquement un pirate informatique peut s’amuser à vous priver de votre tasse de café matinale, dérégler l’horloge et le thermostat de votre réfrigérateur américain avec filtre à eau, ou faire tourner votre GPS en bourrique

Ils ne s’attaquent pas pour l’instant à des cibles aussi dérisoires.

Ou alors, juste pour faire rire les copains…