Quand le roi du Maroc, Mohamed VI vient passer ses vacances en France c’est dans sa résidence de l’Oise qu’il se rend, et cette année la visite du roi aura été tout particulièrement remarquée puisqu’elle aura privé deux villages d’eau potable. 

Cet été, le service des eaux a du envoyer un message surprenant aux usagers des villages de Betz et de Villiers-Saint-Genest dans l’Oise : Il leur était très vivement conseillé de ne pas boire l’eau du robinet.

La capacité de production locale ne couvrait plus la consommation d’eau des villages. La raison de cette hausse soudaine ?

La présence du roi Mohamed VI et de sa suite de plus de 300 personnes.

 Un roi à la campagne.

Mohammed VI séjourne deux à trois fois par an à Betz, un petit bourg de la grande banlieue parisienne, ou il est propriétaire d’un château hérité de son père, Hassan II.

Le château du roi entouré d’une forêt de plus de 70 hectares est traversé par une rivière. Le domaine abrite un second château plus petit « le pavillon du prince », de vastes jardins, des potagers, des serres de légumes, et des écuries pour la vingtaine de chevaux de race de Sa Majesté.

Le château de Betz dans l’Oise.

Sur ses terres le roi abrite un patrimoine artistique vieux de plusieurs siècles, d’ailleurs inscrit au patrimoine historique.

Souverain moderne on peut imaginer qu’il a équipé sa résidence française d’un électroménager dernier cri : réfrigérateur américain avec filtre a eau, télévision connectée, home cinéma… Les villageois ne peuvent confirmer ces suppositions puisque leur dernière visite au château remonte à 1999, quand Hassan II les avait conviés à un méchoui.

Toujours est-il que lorsque le roi Mohamed VI est sur place la Saur (la société chargée de la distribution d’eau) doit prendre des dispositions particulières : « Dès qu’il vient il faut faire venir des citernes d’eau », précise un ouvrier qui travaille à proximité du château d’eau de Betz. L’eau en question est chlorée, pour des questions sanitaires et donc impropres à la consommation. D’où le message du service déconseillant de la boire.  

Si les passages du roi et de sa cour entraînent quelques désagréments, les villageois ne lui en tiennent pas rigueur. Après tout, il a rendu Betz célèbre, et le monarque a pour habitude de laisser un chèque pour le dérangement à son départ.